27/07/2005

 Rétrospective (3)


Et pourtant j'ai perdu ...
Beaucoup de temps, d'énergie, de sentiments,
Et de confiance surtout
Je ne pouvais plus
Je mettais tout en doute
Son amour
Sa santé mentale
Son honnêteté
Il m'avait menti pendant si longtemps
Pourquoi ne pas continuer ...
Il était devenu maître es mensonge, joueur
Joueur de ma naïveté de provinciale rêveuse
 
Je déteste cette image de moi maintenant
Mais l'orgueil de ce combat mené seule
me réconforte
me conforte dans l'idée que je vaux quelque chose
Mener un combat seule face à l'impossibilité d'en parler
Parce qu'on a trop honte de ce qui nous arrive
Parce qu'il est impossible de reconnaître
Que peut-être on s'est trompé
 
Alors, j'ai continué
Les jours se sont succédé
Vides d'amour et de sens
Vides de sexe et d'envie
Vides de joie
Je ne sais pas encore comment
J'ai pris sur moi
Je préservais les apparences
Et je jonglais avec les idées
Pour se refaire
 
Se refaire...
Je n'y croyais pas vraiment ...
Mais j'étais comme clouée...
Tellement bafouée ...
Que l'idée de repartir à zéro ...
M'était insupportable...
 
Et puis, il y avait ces instants où
Foudroyé par une perte énorme
il tombait à mes genoux
pitoyable, en pleurs,
les pleurs d'un enfant qui n'arrive plus à reprendre son souffle
les yeux vides
les envies de morts
sur le bord
 
Alors j'ai continué ...
Et puis un jour, il a compris ...
Je ne comprends toujours pas ce déclic
Pourquoi là?
Don't know
 
Et il s'est fait soigné ...
Mais ça a duré encore un peu, moins...
Des rechutes
Comme pour tout !
Faut pas se leurrer
 
à suivre ...

13:39 Écrit par Lou | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

à suivre...
Comme toujours, comme partout. Et on ne s'embourbe plus dans le tournage en rond.
:)

(Oui, je sais, c'est trop noir.)

Écrit par : Coline | 27/07/2005

. faut pas se leurrer, non, et un jour, pour survivre soi-même, il faut faire de son coeur une pierre.

Écrit par : Lato | 28/07/2005

à Lato Je sais ... mais on ne chasse pas le naturel, et heureusement !

Écrit par : Lou | 02/08/2005

Les commentaires sont fermés.